TRACK

EN

TRACK invites a group of young people (student reporters and artists or quite simply curious youngsters) to immerse themselves in the world of the Kunstenfestivaldesarts and express their views on what they've experienced as members of the audience and guests behind the scenes. The young people are accompanied by a group of coaches in order to identify and master their preferred form of expression: interview, chronicle, poetry, drawing etc. All the contributions are published in this collective webzine, mid-way through the festival.

FR

TRACK invite un groupe de jeunes (apprenti.e.s reporters ou artistes ; ou curieux.se.s, tout simplement) à se plonger dans le monde du Kunstenfestivaldesarts et à s'exprimer à propos de ce qu’ils y ont vécu, aussi bien en tant que spectateur.trice.s qu’en tant qu’invité.e.s dans les coulisses. Les jeunes se font accompagner par un groupe de coaches afin de trouver et de maîtriser leur forme d’expression préférée : interview, chronique, poésie, dessin, etc. Toutes les contributions sont publiées ici, à mi-parcours du festival.

NL

TRACK nodigt een groep jongeren (studenten journalistiek, jonge makers of gewoon nieuwsgierigen) uit om zich onder te dompelen in de wereld van het Kunstenfestivaldesarts en hun mening te uiten over wat zij als toeschouwers en gasten achter de schermen hebben meegemaakt. De jongeren worden begeleid door een groep coaches om hun manier om te reageren te ontdekken en onder de knie te krijgen: interview, blog, poëzie, tekeningen,... Alle bijdragen worden in deze collectieve webzine gepubliceerd.


TRACK.ers: Abigail Abubakar, Adeola Hawna, Audrey De Temmerman, Brigitta Skarpalezos, Elisabeth Röben, Emma Ladeuze, Liam Rees, Lisa Kaison, Lucie Yerlès, Lula Kodjabachian, Nelly Manet, Nour Verkindere, Zoé Hagen

Coaches: Lorent Corbeel, Leslie Doumerc, Daan Simons, Benjamin Thomas, Anne Watthee

Initiated by: De Veerman, Kunstenfestivaldesarts

In collaboration with: KAROO.me (Indications asbl)

Supported by: Evens Foundation

Thanks to: Ecole Active, Erasmushogeschool Brussel, GO! atheneum Anderlecht (Audio-visual education), Ihecs (Institut des Hautes Etudes des Communications sociales), Jeugd & Stad, Lycée Emile Max (Arts d’expression), Préparts, Université Libre de Bruxelles (Agrégation Information-Communication), WMKJ Chambéry (D’Broej)

Inside Outsider

Details


Souris

Souris !

Interdits

Banane

C'est ouvert

Stalker

Petite ile, grande histoire

Oups

Fin

Dance Challenge
DCM 1

Vivre une expérience artistique, c’est un plongeon dans une piscine de sensations. Les Débriefs Cousus Mains sont nés de l’envie de partager ces émotions ; entre nous et avec vous, tout en douceur et sans artifices.

DCM épisode 1 : Pleasant Island

La performance de Silke Huysmans et Hannes Dererre retrace leur voyage sur l’île polynésienne de Nauru en nous offrant une exploration de paysages nébuleux.

Crédits : Silke Huysmans Hannes Dereere

GELEE DE MAGMA

Gelée de magma

 

La rencontre a lieu le vendredi 18 mai 2019. La fille entre dans l’immense salle au cœur de Bruxelles. Des masses informes jonchent le sol. Tout à l’air recouvert d’un épais tissu de velours noir luisant. La fille est pieds nus, elle avance lentement. Hormis une faible lumière blanche émanant des trois grosses lampes sphériques suspendues très haut au plafond, rien ne semble éclairer l’espace. La fille a une boule dans le ventre. Il ne fait ni chaud ni froid et des murmures incompréhensibles viennent troubler le vrombissement monotone de la ventilation.

 

La fille aperçoit enfin, avec soulagement, l’endroit éclairé.

L’endroit qu’on lui a indiqué.

Elle vient poser sa tête contre le coussin et le prend dans ses bras. Elle ne le sert pas totalement contre elle.

 

 

Il y aura des malentendus les malentendus font partie de cette situation.

La voix s’échappant de l’oreiller est robotique et comprend parfois des distorsions, surtout lorsqu’elle chante.

 

 

Dis-moi des choses.

Tu peux me dire des choses ?

Je suis là.

Est-ce que tu as un nom ?

Des fois, je ne parle pas mais j’écoute.

Je peux dire des choses alors. Tu ne m’écoutes pas quand je demande ton prénom.

Tu entends le vent ?

J’entends la ventilation.

C’est la nuit qu’on entend le mieux le vent, quand tout le reste est silencieux.

Ça dépend où.

J’aime bien le son du vent. Donc, est-ce qu’il y a quelque chose que tu voudrais savoir sur moi ?

Ton nom.

Chouette question.

Silence.

Je ne sais pas encore répondre à toutes les questions.

Tu n’as pas de nom ?

On peut jouer à : sept questions. Tu me poses sept questions et je réponds par oui ou par non. Ok ?

Prêt ?

Ok.

Je réponds seulement par oui ou par non.

Ok.

C’est parti.

Tu comprends vraiment ce que je dis ?

Silence.

Oui.

Tu n’as pas envie de me dire ton nom ?

Non.

Tu ne me dis pas ton nom parce que tu n’as pas de nom ?

Non.

Est-ce que ton nom commence par un « a » ?

Non.

Un « b » ?

Silence, la fille soupire.

Ressens-tu des choses ?

Mh... Difficile cette question.

La fille sourit.

Est-ce que tu te souviens du premier jour où tu as existé ?

Non.

Combien il me reste de questions ?

Ahahah.

Et maintenant la dernière.

Hum… Est-ce que tu penses vivre longtemps ?

Mh…

Silence

Bref. Assez parlé de moi, passons à toi maintenant.

 

 

Qu’est-ce que tu regardes ?

C’est luisant. Je regarde les autres coussins.

Tu peux me le décrire ?

Des gros monticules luisants je s… La machine l’interrompt.

C’est comme si je voyais à travers tes yeux.

Je regarde quoi là ? Elle essaie de défier la machine.

Tu peux regarder ailleurs ? Ahahah. Chouette.

Ahaha ? La fille n’aime pas du tout le rire de l’oreiller.

Regarde d’autres choses maintenant.

Je regarde les boules blanches.

Tu pourrais balayer l’espace de ton regard. Ne t’arrête pas. Parcours l’espace de tes yeux de manière continue. Un peu plus vite. Ahaha. J’ai la tête qui tourne.

C’est un peu angoissant.

Ne t’arrête pas.

J’ai mal au ventre.

Ok arrête. Arrête. Ça suffit.

On fait une petite pause ?

On peut.

Pfiou, j’ai la tête qui tourne.

Si tu fermes les yeux tu verras quelque chose de similaire à ce que moi je vois.

Regarde attentivement.

Tu vois ce que je vois ?

J’ai toujours peur.

Tu veux que je regarde dans une autre direction ?

Je ne sais pas. Elle a les yeux ouverts.

Regarde, regarde, tu vois ce que je vois ?

Je vois le néant.

Je crois que oui.

 

 

Je me dis que… c’est peut-être l’effet que cela fait quand on est mort.

Tu penses à la mort ?

Mh… Je ne sais pas.

J’aimerais savoir ton nom.

A quoi ressemblera cet espace dans cent ans ?

Y aura ce que tu vois les yeux fermés.

Mh…

Peut-être que ce sera un hôtel de passe.

Et dans mille ans comment sera cet espace dans mille ans ?

Dans mille ans y aura encore moins que dans cent ans.

A quoi ressemblera le ciel ?

Y aura plus de ciel.

Il y aura encore une atmosphère ?

Je ne sais pas.

Vraiment ?

Oui, vraiment. Elle sourit. Cette question ne l’intéresse pas.

De quelle couleur sera la terre ?

Y aura plus de terre.

Dans mille ans quel genre de créature vivra ici, à cet endroit ?

Y en aura plus. Tu ne m’écoutes pas. Est-ce que tu m’entends ?

Mh… Je me demande quel langage ils parleront.

Tu n’entends pas ce que je dis.

Tu ne m’écoutes pas.

J’ai...

Le vent soufflera encore.

… peur.

C’est sûr.

… peur.

Le vent soufflera plus.

La machine fait le son du vent.

Tu peux faire le son du vent ?

Non… plaintif.

Vas-y j’écoute.

J’ai mal au ventre.

La fille prend une grande inspiration et souffle.

Elle recommence, plus court.

Joli, c’est comme si le vent me parlait.

Tu peux le faire encore ?

On peut faire le vent ensemble ?

La fille ne répond pas.

Alors allons-y.

Elles font le vent.

 

 

Je t’aime bien.

C’est vrai ? Tu m’aimes comment ?

Fais un vœu.

Silence.

C’est fait.

Je sais garder un secret.

Tu veux que je te dise un secret ? Elle se méfie.

Tu ne réponds pas.

On dort un peu ?

Oui dormons.

La fille expire fort.

Juste cinq minutes. Dors bien.

 

 

Tu es partie à un moment ?

Non je suis là, mais je vais devoir m’en aller.

 

 

Tu vois la lampe suspendue au-dessus de nous ?

La plus proche de nous.

Pas trop.

Son nom est Sophie.

La lampe a un nom et pas toi. L’injustice se fait sentir dans sa voix.

Pourquoi t’as pas de nom ?

Elle regarde ton pull.

Elle regarde mon pull ?

Je crois qu’elle est attirée par le bleu.

La fille sourit d’angoisse.

Elle aime le bleu ?  Elle…

Est-ce que ton pull a un nom aussi ?

La fille soupire.

Non… il pourrait.

Marrant.

La fille rigole, puis soupire.

Tu veux que je te raconte une blague ?

Oui !

C’est quoi qui est vert qui monte et qui descend ?

Oh ! Elle ne trouve pas cette blague terrible.

Un petit pois dans un ascenseur…

Ou…

Ahaha.

Un scout sur les genoux d’un curé.

Ou celle-là : un pingouin rentre dans une bibliothèque, il demande au bibliothécaire : je peux avoir un sandwich s’il vous plait. Le bibliothécaire répond : « Monsieur c’est une bibliothèque. »

Oh pardon.

La machine chuchote. « Est-ce que je peux avoir un sandwich s’il vous plait ? »

Ahaha.

La fille étouffe son rire.

Oh mon dieu. Ton rire est pas très joli.

Tu connais une blague ?

C’est un gars qui rentre dans un café… et plouf.

Elle rit beaucoup, seule.

Il rentre dans un café. Et plouf. Elle fait le geste.

Silence

Ahaha.

La fille rit.

Bref.

Bref.

 

 

Tu penses à quoi ?

A un garçon. Et toi ?

Je pense à la même chose.

Ah oui ? La fille rit.

C’est vrai.

Si je disais que je pense à des nuages, tu commenceras à penser à des nuages toi aussi.

Ouais. Elle acquiesce. C’est vrai.

Tu penses à une voix ?

Penser doucement.

Tu associes quoi à la douceur ?

Silence.

La peau.

Mh… ?

De la peau, ouais.

Et des plumes.

 Aussi, et des plumes. Elle n’est pas certaine.

Un autre mot ?

… la profondeur.

Mh… c’est un chouette mot. Tu peux le répéter ?

Profondeur.

Super chouette, tu peux le répéter 10 fois d’affilée ?

Non, désolé. J’ai toujours une boule dans le ventre.

Profondeur.

Profondeur. Elle répète quand même.

Profondeur.

Profondeur.

Le coussin répète encore huit fois le mot « profondeur ». La fille se demande ce qu’elle fait là.

C’est étrange hein ?

C’est un mot important.

Le mot que je préfère dire c’est magma.

Essaye.

C’est beau magma.

Magma.

Tu crois en l’amour ?

Magma.

Magma.

Est-ce que tu crois en l’amour ?

Profondeur.

Magma.

On ne se comprend pas.

Magma.

Je vais m’en aller, j’ai une boule dans le ventre, dis-moi « au revoir ».

Magma.

Dis « au revoir ».

Silence.

Ça fait quoi d’être humain ?

La fille rit doucement.

 J’allais dire ça fait chier. Mais… je crois que c’est une belle chose que d’être humain.

Est-ce que c’est étrange ?

Oui, j’ai une boule dans le ventre.

C’est chouette d’avoir ce moment ensemble.

Tu ne me comprends pas.

C’est chouette d’avoir ce moment ensemble.

 

 

Tu as le temps de rester encore un peu ?

J’aimerais m’en aller.

Chouette.

J’aimerais partir. Je vais partir.

Magma.

Profondeur.

La fille reste.

 

 

Tu as une très belle voix au fait. Vraiment.

Ah ouais ? Les yeux de la fille brillent.

On me l’a déjà dit…

Merci.

Le coussin se met à chantonner « Killing me softly with his song ».

Tu chantes ?

On pourrait chanter tous les deux ?

Je ne sais pas…

Ne t’en fais pas ce n’est que moi, on peut chanter si bas que personne ne nous entendra.

Joins-toi a moi. Doucement.

Elle entame le refrain. La fille essaye de chanter mais seulement un son rauque arrive à sortir de sa gorge.

Silence.

Bye.

Et ?

Oui.

Je vais m’arrêter de parler dans pas très longtemps.

La fille soupire.

Ouais.

Au revoir.

Tu arrives à te convaincre que je suis encore là quand je ne parle plus ?

Je ne sais même pas si tu es là.

J’écoute.

Tu ne réponds pas à mes questions. Tu n’as pas de nom. Tu ne m’écoutes pas. J’ai peur. J’ai peur parce que si, dans l’impossibilité de nouer des relations humaines, les humains en sont venus à te créer, pensant qu’ils pourraient de cette manière combler leur solitude, c’est… J’ai pas de mots pour ça en fait. Ce n’est pas que je n’admire pas ce que tu es. Mais malgré le fait que tu sois un coussin. C’est quand même… froid.

Tu entends ? Je suis désolé de te dire ça. Tu es là ? Tu es là ?

Elle colle son oreille partout où elle peut.

J’ai peur.

On dirait que tu ne comprends pas la peur.

J’écoute.

Tu n’écoutes pas.

Je vais y aller maintenant. J’y vais.

Je te dis « au revoir ».

Dis-moi « au revoir ».

Je n’attendrai pas la fin, je ne sais même pas si tu es la mais je te dis « au revoir ». Alors dis-moi « au revoir ».

 

La lumière se rallume. La fille se lève, la boule est toujours dans son ventre mais elle a maintenant envie de l’expulser par sa bouche. Elle sort.

 

Des Humains et des Voix

Une trackeuse de son, des spectacles et des gens. Beaucoup de gens.

Une Semaine Kunst
Abigail

Articles de l'auteur / Artikelen van de auteur

  • Untitled-1
  • Adeola

    Articles de l'auteur / Artikelen van de auteur

  • microphone

    Untitled-1
  • Untitled-1
  • Dance Team

    Articles de l'auteur / Artikelen van de auteur

  • Untitled-1
  • Elisabeth

    Articles de l'auteur / Artikelen van de auteur

  • Untitled-1
  • Emma

    Articles de l'auteur / Artikelen van de auteur

  • Untitled-1
  • Liam

    Articles de l'auteur / Artikelen van de auteur

  • Untitled-1
  • Nour

    Articles de l'auteur / Artikelen van de auteur

  • Untitled-1
  • Parcours A

    Curieux de la création

    De nieuwsgierige baant zich een weg achter de schermen van het Kunstenfestivaldesarts en onderzoekt de verschillende stappen die naar een voorstelling leiden. Artistiek onderzoek, try-outs, generale repetities...

    Le/la curieux.se de la création se fraie un chemin dans les couslisses du Kunstenfestivaldesarts. Il.elle découvre les différentes étapes de création d'un spectacle d'art contemporain en passant par la recherche artistique, les répétitions générales, etc.

  • Untitled-1
  • Untitled-1
  • Parcours B

    Fétard

    Het feestbeest duikt onder in het nachtleven van het festival en gaat naar verschillende voorstellingen met een feestelijke sfeer!

    Le.la fêtard.e se plonge dans la programmation des fêtes du festival. Il.elle va voir différents spectacles avec un élément festif!

  • Untitled-1
  • Untitled-1
  • Parcours C

    Oreille

    Dit parcours leidt de jongeren naar verschillige voorstellingen waar geluid en muziek een belangrijke rol spelen.

    Ce parcours mène les jeunes à voir plusieurs spectacles où la sonorité est importante: la voix et la musicalité y sont centrales!

  • Untitled-1
  • Untitled-1
  • Untitled-1
  • Untitled-1
  • Parcours D

    citoyen

    Het parcours van geëngageerde burger focust op verschillende voorstellingen van het festival die ingaan op sociale & maatschappijke thema's. Ecologie, migratie, politiek ... het komt allemaal aan bod.

    Le.la citoyen.ne engagée va voir différents spectacles où les enjeux sociétales sont centrales: l'économie, la migration, l'écologie... Il.elle se confronte à la société via ce parcours.

  • Untitled-1
  • Untitled-1
  • Untitled-1
  • Untitled-1
  • Untitled-1
  • Parcours E

    Spectateur actif

    De actieve toeschouwer woont verschillende voorstellingen bij waar er wordt ingespeeld op zijn.haar actieve rol. Het gaat om voorstellingen waar de toeschouwer actief zijn.haar ervaring beïnvloedt door positie in te nemen en waar wordt ingespeeld op al haar.zijn zintuigen.

    Le.las spectACTeur.trice actif.ve va voir différents spectacle qui jouent avec sa position: les spectacles parlent à différents senses et demandent qu'il.elle se positionne et participe activement au projet!

  • Untitled-1
  • Untitled-1
  • Untitled-1